BUKAVU : « L’EAU DES « BIZOLA », SOURCE DES INFECTIONS GÉNITALES CHEZ LES FEMMES », (INFIRMIER CUBAKA MODESTE)

Il est 9 heures, ce 15 septembre 2018. Pendant l’ambiance des travaux communautaires dans le quartier Panzi sur l’avenue Nyaruzimya. Les femmes avec des houes et bêches en mains sarclent et débouchent les caniveaux autours des puits d’eau communément appelés « Bizola ». D’autres puisent de l’eau dans ces puits, l’une après l’autre, sans se soucier de la qualité de cette eau sur la santé de leurs familles.

« Il y a la carence d’eau ici chez nous à Panzi. Nous sommes obligées de l’utiliser [eau de Bizola, Ndlr] et plusieurs personnes se sont déjà habituées à cette eau malgré ses multiples conséquences », déclare Aline, une femme habitant l’avenue Nyaruzimya au quartier Panzi.

« Les femmes sont souvent victimes des infections génitales causées par cette eau polluée », renchérit-elle.

Pour Sofia, une jeune fille du quartier, malgré les conséquences sur l’organisme, les Bizola restent la seule source d’eau dans ce coin.

« Nous n’avons pas de choix vu la carence. Nous bouillons ou purifions l’eau. Mais les autres négligents. Et comme conséquences, plusieurs maladies dont le choléra, la fièvre typhoïde, voire les infections chez les femmes », déplore-t-elle.

Les conséquences des « bizolas » sont nombreuses et mortelles. Pour Cubaka Modeste, infirmier titulaire d’une structure sanitaire de la place, l’utilisation de cette eau expose les habitants aux différentes maladies.

« Il y a la prévalence du paludisme, des maladies diarrhéiques, les infections génitales chez les femmes, la fièvre typhoïde et l’amibe »,  explique l’infirmer.

Rappelons que le quartier Panzi connait la carence d’eau fournie par la Regideso. Depuis plusieurs années, l’eau ne coule pas dans les robinets. Ce qui pousse les habitants à s’approvisionner dans ces puits de fortune les « bizola ». Plusieurs ménages n’appliquent pas non plus le traitement d’eau, ce qui justifie la prévalence de plusieurs maladies hydriques.

Source: http://jambordc.info/

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*