André Byadunia dit non à la déportation des jeunes à Uvira. 

Des jeunes seraient pris de force afin de transporter les effets militaires appartenant aux forces armées de la RD Congo.
Ce jeudi 20 septembre, plusieurs élèves de différentes écoles oeuvrant dans la cité d’Uvira ont été obligés de retourner à leur domicile avant l’heure habituelle de la fin des cours.
Cette psychose serait dû à la prise par force de certains jeunes par des militaires des Fardc afin de transporter leurs effets vers les hauts plateaux.
Le coordonnateur de la nouvelle société civile congolaise axe sud de la province du Sud Kivu,  Willy Seremba, dénonce cette situation.
Selon lui,  les premiers sont partis depuis mercredi dernier et ne sont jamais rentrés à leur domicile.
Un jeune à notre correspondante indique « nous sommes surpris de voir les jeunes fuir. Là où le bas blesse, ils prennent même les élèves en uniforme bleu blanc ».
Le Président du Conseil territorial de la jeunesse André Byadunia annonce qu’ils projettent de manifester le lundi 24 septembre si rien n’est fait pour mettre fin à cette pratique.
L’Administrateur du territoire d’Uvira, Alexis Rashid Kasangala, qualifie cette nouvelle d’une rumeur. « Nous entendons qu’il y a des bruits ou des rumeurs qui circulent que des militaires prennent des jeunes par force pour les amener vers les montagnes. Ça c’est faux, ce sont des rumeurs propagées par des ennemies de la ville d’Uvira » regrette-t-il.
Le numéro 1 du territoire demande à la population de garder son calme et de ne pas céder à des informations non vérifiées.
Il demande aux jeunes de garder le sang froid et de continuer à vaquer paisiblement à leurs activités quotidiennes.
Joint, la cellule de communication des fardc à Ibiza,  s’est abstenue de tout commentaire.
Hoci

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*