La médecine scolaire pour la réussite des élèves à l’école primaire

Le maintien d’une bonne santé de l’enfant dépend de la manière dont ses parents prennent soin de lui. Propos de Nadège Bashizi, infirmière opérant pour le projet de médecine scolaire entrepris par des sujets belges au Sud-Kivu.
Ce personnel soignant a appelé les parents à s’occuper de manière attentionnée de leurs enfants car, dit-on, ces derniers constituent l’avenir du pays. Nous sommes à l’Ecole Primaire Buholo 3/Garçons. Tôt le matin, ce mercredi 26 septembre, plusieurs parents d’élèves des troisièmes et premières années ont répondu à l’appel de cette organisation. « Afya yetu », ou « Notre santé », lançait une campagne de sensibilisation à la problématique de la santé des écoliers au sein des différentes écoles conventionnées catholiques.
Cette campagne tourne autour du rôle que jouent les parents en faveur de la santé de leurs enfants. « Le maintien d’une bonne santé de l’élève a un impact considérable sur sa réussite, ainsi que sa conduite à l’école », affirme une enseignante rencontrée sur place.
Cependant, il faut retenir qu’aucun élève ne peut être soumis à une quelconque consultation sans l’avis de son parent. C’est ce qui a justifié la présence des parents, afin que le message leur soit transmis sans aucune personne interposée. D’où, le fait que cette consultance gratuite pose quelques préalables. Il s’agit, entre autres, de l’accord des parents, de la fourniture de l’identité complète de l’élève, comme d’un rapport sur son état psychique, etc.
Soulignons que ce programme de médecine scolaire a pris racine il y a de cela trois ans, du côté de Nyantende, dans le territoire de Kabare, en province du Sud-Kivu.

Egide Kitumaini

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*