La machine à voter accepté et refusé ?

Le fossé se creuse entre les partisans de la machine à voter et ses détracteurs. Cela se fait sentir en dépit des séances de sensibilisation sur la machine à voter dans le territoire de Walungu.

Le processus électoral en République Démocratique du Congo se passe dans un contexte sensible. Cela amène une frange de la population à poser plusieurs questions afin de savoir comment se comporter vis-à-vis de la machine à voter qu’on surnomme à travers plusieurs sobriquets.

Byamungu Shukuru, logisticien de la Ceni à Walungu se donne du temps à expliquer comment fonctionne cet outil qui servira à imprimer les bulletins de vote pendant le scrutin du 23 décembre 2018. Il continue à éclairer l’opinion sur l’avancement du processus électoral au Sud Kivu. Cette réalité a été lue sur les visages des participants à la revue de presse participative organisée par le Souverain Libre le week-end passé.

Dans son exposé, celui-ci a montré que son institution est à féliciter au vu du fait qu’elle a jusque-là respecté le calendrier électoral. Il a, entre autre cité la fin de l’opération d’enrôlement, la fin de l’opération du dépôt des candidatures et la publication des listes définitives des candidats avant de chuter sur le recrutement en cours des agents électoraux.

Parlant de la machine à voter, le logisticien de l’antenne Ceni Walungu s’appesanti à chaque séance sur les avantages que présente cette imprimante. Il a entre autre cité la rapidité, l’économie du temps et de l’argent ainsi que la réduction de la taille des bulletins.

En dépit du fait qu’il a donné des réponses selon qu’il l’a pu, le constat fait sur place est que les habitants de Walungu sont divisés sur l’utilisation de cet outil. Il ressort que chacun prenne position selon qu’il appartienne à la majorité ou à l’opposition. Pour les partisans de l’opposition, la machine à voter est rejetée par le peuple car non seulement elle prépare la tricherie mais aussi elle est refusée par la communauté internationale. Ceux de la majorité affirment par contre que les opposants ont peur des élections.

Le logisticien de l’antenne Ceni walungu indique que ceux qui ne soutiennent pas la machine à voter ne devraient pas prétendre être porte-parole du peuple. Il ajoute que l’introduction de toute nouveauté n’est pas bien accueillie, ce qui explique qu’il y ait encore des résistances. Les inquiétudes des personnes qui ne savent ni lire ni écrire ont visiblement trouvé des solutions lorsque le logisticien la Ceni walungu, dit qu’elles se feront assister par des personnes de confiance le jour du scrutin. Pendant ce temps, cet organe d’appui à la démocratie, antenne de Walungu a informé que la campagne de sensibilisation sur l’utilisation de la machine à voter va se poursuivre jusqu’au 22 décembre à travers tous les villages du territoire cher au Mwami Pierre Ndatabaye.

  • Egide Kitumaini

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*