Mukwege de l’ honneur

Cela n’a pas fait que des heureux en Rd Congo. Certains, particulièrement certains dirigeants nationaux, s’en sont trouvés blessés dans leur for intérieur. Le Dr Denis Mukwege «couronné» du prix Nobel de la paix 2018 ! Certains, en effet, estiment qu’ils mériteraient mieux que ce «perturbateur» telle décoration.
Une élévation qu’à part Jean-Paul Sartre, nul n’a jamais dédaignée de par le monde. On le comprend aisément : il s’agit de la plus prestigieuse distinction mondiale. Mais qui n’a pas allégué à ce propos dans ce sérail? Il aura fallu que, de la part de personnalités plutôt discrètes généralement, viennent des félicitations reprises, ainsi que l’exigeait l’importance de l’événement, par l’hebdomadaire international « Jeune Afrique ». Pas étonnant. Denis Mukwege s’est-il déjà vu refusé un visa ? Non, on le sait parfaitement. Or, ce n’est nullement le cas pour nombre de nos compatriotes et des membres de leurs familles. Une fourchette de politiciens au pouvoir
à ce jour est frappée pour cause de leur forfaiture. Le prix Nobel congolais est accueilli partout, à toutes les tribunes du monde, à bras ouverts. Nous avons néanmoins des opérateurs politiques qui n’en diraient pas autant, en ce qui les concerne.
Le Dr Denis Mukwege ‘‘a dédié sa vie à défendre des victimes de violences sexuelles en temps de guerre’’, comme l’a précisé le comité norvégien, le 5 octobre. Mais non seulement il a sauvé, en Rd Congo, ‘‘des milliers de patientes victimes de tels assauts’’, mais aussi il a aligné sa parole sur ses actes, condamnant l’impunité de viols, tant individuels que collectifs, propulsés au rang d’armes de guerre,
et critiquant courageusement certains régimes en place en Afrique. Dont, bien sûr, le gouvernement congolais.

Et c’est cela, qui irrite au plus haut point les plus haut placés au pays. Ambassadeur et porte-voix des sans voix, le ‘‘docteur
Miracle’’, ainsi qu’on le désigne depuis peu, plaide aussi en faveur de ses compatriotes. Il se porte défenseur d’une population que l’on traite sans égards. Et dans les hauts sommets de l’Etat, on ne voit pas d’un bon oeil le prix Nobel de la paix décerné début octobre au Dr Denis Mukwege, «grand critique » du pouvoir de Kinshasa. La récompense décernée à ‘‘l’homme qui répare les femmes’’ violées dans
l’Est de la Rd Congo. Car ces dernières années, ainsi que le note Jeune Afrique, ‘‘le gynécologue le plus célèbre du pays a décidé de ne ‘‘plus se contenter de soigner les conséquences’’, mais de ‘‘s’attaquer aussi aux causes’’ de la persistance des violences sexuelles dans cette partie du territoire national, en proie, depuis plus d’une décennie, à l’activisme des groupes armés nationaux et étrangers.’

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*