Le Sud-Kivu pour la prévention des conflits électoraux

Renforcer la cohésion sociale et la paix en incluant les femmes et les groupes marginalisés dans les communautés de six territoires prioritaires de l’est de la Rd Congo dont Walungu, Kabare, Kalehe et Bukavu, dans le Sud-Kivu et, dans le Nord-Kivu, Masisi et la ville de Goma.

Le gouverneur de province, qui a ouvert officiellement cette activité, est optimiste et a assuré que, de ce forum,
proviendraient des solutions aux problèmes des communautés : « Nous encourageons la société civile pour l’organisation de ce forum. Nous pensons que ce forum va contribuer à ce que la paix règne dans tous les territoires de la province du Sud-Kivu même si la province n’a pas été un bon élève sur la question de la paix », a fait entendre Me Claude Nyamugabo, gouverneur du Sud-Kivu.
Par la même occasion, Me Patient Bashombe, le président du bureau de coordination de la société civile, a pensé que toute la population devrait saisir cette opportunité, qui est un cadre dans lequel on parlera des problèmes de la province, mais qui servira aussi de cadre de proposition de pistes de solution pour le développement de la province.
Pour prévenir les conflits dans le processus électoral, Gaudens Maheshe, secrétaire exécutif de la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) au Sud-Kivu a mis tout le monde face à sa responsabilité dans la reconstruction
de la paix. « Nous sommes en train de préparer les élections tout en songeant au fait qu’il pourrait découler par-ci, par-là, des conflits issus du processus électoral. Mais nous faisons de notre mieux pour pouvoir faire participer tout le monde à la paix au processus électoral.
C’est-à-dire que tous les acteurs, toutes les parties prenantes, sont responsabilisés pour que chacun, de son côté, puisse tirer ses responsabilités vis-à-vis de la paix lors de la préparation, de l’organisation, et même après les élections, lors de la proclamation des résultats. Donc, il faut retenir que chacun doit jouer son rôle, les partis
politiques, les regroupements politiques et les électeurs que nous sommes. Nous devons tous jouer notre rôle. Les médias doivent surtout encadrer et engendrer la paix durant cette période, pour éviter les conflits », a-t-il argué dans son exposé au forum. Signalons que ces assises ont regroupé plusieurs acteurs de la société civile, des partis politiques de la majorité comme de l’opposition, des mouvements sociaux et des organisations féminines. Tous
à l’unanimité, ils ont appelé la population à cultiver la paix dans la province pour son développement intégral.
Les participants au forum, regroupés dans des commissions selon les domaines d’intervention, ont pris des engagements pour faire régner la paix dans la province, mais aussi pour prévenir les conflits liés au processus électoral.
Voici les engagements des uns et des autres : Ministres et parlementaires Les parlementaires et ministres
nationaux, comme provinciaux, qui ont pris part au forum se sont engagés à vulgariser les réflexions, résolutions et recommandations de ce forum dans leurs structures, les discours de ceux qui sont candidats dans leur campagne, et au cours des autres interventions, à aller dans le sens de la paix, de la cohésion sociale et de la prévention des conflits, faire parvenir les résolutions, les engagements, mais aussi les correspondances destinées aux autorités de façon solennelle.
La société civile
Mener un plaidoyer sur l’application stricte des accords de paix et la création de chambres mixtes et spécialisées. Mener un plaidoyer pour renforcer l’intégration des femmes dans les organisations de processus de paix. Intégrer toutes les communautés et des couches sociales dans le processus de cohabitation entre elles et participer au
monitoring du processus électoral.
Les organisations féminines
Créer des cellules à tous les niveaux,
regroupant les femmes de toutes les catégories pour discuter de la paix dans leur milieu, et les délégués de ces cellules pourront participer au conseil de sécurité. Renforcer les capacités des femmes pour leur permettre d’être plus compétitives et de participer effectivement. Sensibiliser les femmes pour qu’elles participent massivement
aux élections et qu’elles votent pour d’autres femmes. Travailler pour des élections paisibles et apaisées, lutter contre les manipulations dues aux stéréotypes et les manipulations identitaires. Les services de sécurité Respect du plan d’action mis en place par le commandant de la 33ème région militaire en vue dedémilitariser la ville de Bukavu et
les chefs-lieux de territoires avant la tenue des élections. Maîtriser tout mouvement d’armes légères et de petit calibre. Parade et causerie morale sur le comportement à afficher en public et en privée, et sur l’assistance à
apporter aux civils en cas de besoin ; sécuriser tous les candidats et électeurs sans égard à leur appartenance
politique.

Suite à la page 7

Claudine Kitumaini

Share this:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*