Les enquêteurs de l’Orn en formation dans le diocèse d’Uvira

Recueillir des informations sur les réalisations de l’Eglise catholique en matière de gestion environnementale,
c’est l’objectif d’une session de formation des enquêteurs organisée par l’Observatoire des
ressources naturelles (Orn), dans la zone pastorale d’Uvira.

Au total, trois zones pastorales du diocèse d’Uvira étaient concernées par ces enquêtes. Au cours de cette
formation, les enquêteurs se sont penchés sur les éléments relatifs à l’écologie dans la recherche des
problèmes liés à l’environnement. Selon l’abbé Jacques Bulambo, point focal de l’Observatoire des ressources naturelles basé à Uvira, ces enquêtes visent à saisir les défis et opportunités écologiques dans le bassin du Congo ; à consolider les liens de collaboration entre les parties prenantes quant à la question environnementale dans le bassin
du Congo et, enfin, apporter des réponses pastorales concertées et coordonnées aux défis socio-environnementaux
auxquels le peuple de Dieu est confronté dans cette région. De leur côté, les enquêteurs ont assuré de travailler dans
la cohérence, la clarté et l’honnêteté afin de récolter les données qui présentent en détail l’implication du diocèse d’Uvira par rapport à l’écologie. Les ressources de la forêt du bassin du Congo convoitées Longtemps convoité par ses voisins et les puissances internationales à cause de ses potentialités minières, la Rd Congo est face à une nouvelle guerre. Guerre de l’eau et guerre des forêts. Selon des études menées par différents experts
nationaux et internationaux, il est établi clairement que les ressources naturelles dont dispose la Rd Congo sont colossales. Le pays abrite le deuxième plus grand massif de forêt tropicale au monde, avec ses 155 millions d’hectares de formations forestières, couvrant environ 67% de la superficie totale du territoire national, soit 60% des
forêts tropicales d’Afrique centrale et 8% des forêts tropicales au monde, et stockant quelques 140 gigatonnes de carbone, ce qui en fait un véritable poumon de la planète. Les forêts congolaises se trouvent au coeur des questions de développement durable aussi bien pour leurs enjeux écologiques, notamment la conservation de la biodiversité végétale et animale, la régulation des ressources en eau, le stockage en eau, le stockage du carbone, etc. Les enjeux
sociaux y jouent aussi un rôle, notamment par l’amélioration des conditions de vie des populations qui en dépendent, la valorisation des connaissances traditionnelles, le maintien de l’existence de ces écosystèmes pour les générations futures. Il y a également les enjeux économiques, qui consistent en la production et en l’exploitation des
ressources ligneuses, source de revenus pour les populations locales.
Les forêts de la Rd Congo rendent d’importants services en ce qui concerne, notamment, la lutte contre les changements climatiques globaux et la régulation des cycles hydriques. La valorisation des forêts au travers de mécanismes innovants de financement tels que les fonds fiduciaires, les fonds verts pour le climat, pourra
générer des retombées financières à même d’améliorer les conditions de vie locale, consolider la paix et contribuer au transfert de technologies nouvelles bénéfiques pour le pays.

L’apport des forêts congolaises à l’économie nationale La contribution du secteur forestier à l’économie congolaise devrait augmenter fortement à l’avenir grâce au développement attendu du mécanisme de réduction des
émissions du dioxyde de carbone dues à la déforestation et la dégradation des forêts (Redd), dans lequel
le pays est résolument engagé. Les forêts congolaises offrent une opportunité de restaurer l’image du pays sur la scène internationale en protégeant la biodiversité et en stabilisant le climat global par la séquestration du carbone. L’on déplore malheureusement que ce riche patrimoine soit confronté à une déforestation et à une dégradation
qui détruisent le cadre de vie de centaines de millions de personnes et met en danger des milliers d’espèces végétales et animales. Implication de l’Eglise catholique pour la protection de l’environnement La protection de l’environnement n’est pas l’affaire d’un individu, cela nécessite l’implication de tous les acteurs. Pour ce faire,
la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) appelle à la prise de conscience et à la mobilisation.
Selon cette structure, il n’existe pas de démocratie sans l’économie. Pas d’économie sans production. Pas
de protection sans respect de l’environnement. L’Eglise catholique, sous l’entremise du point focal de l’Observatoire des ressources naturelles, se base sur deux principes pour ce qui est de la protection de l’environnement. D’abord,
la recommandation de Sa sainteté le Pape, contenue dans Laudato Si. C’est un ouvrage rédigé par le Pape
sur l’environnement. Il évoque «Comment utiliser l’environnement pour améliorer notre existence et développer notre milieu sans créer un déséquilibre dans ce beau don reçu de Dieu». Le second principe, c’est celui de l’article 22
de la déclaration universelle des Droits de l’Homme, qui stipule que « Toute personne, en tant que membre de la société, a le droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l’effort national
et à la coopération internationale, compte tenu de l’organisation et des ressources de chaque pays. »
C’est dans ce sens qu’une série d’enquêtes a été lancée dans douze diocèses de la Rd Congo, notamment
le diocèse d’Uvira, où trois zones pastorales sont concernées : les zones pastorales de Mwenga, de Fizi et d’Uvira. Cette étude est placée sous la supervision du Bureau des ressources naturelles du diocèse d’Uvira, piloté par l’abbé
Jacques Bulambo. Jeudi 8 novembre, une formation des formateurs des enquêteurs a été organisée à Uvira, puis, s’en est suivie la formation des enquêteurs, samedi 10 novembre à Kamituga, dans la zone pastorale de Mwenga et de Fizi.

Christian Kika

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*