Femme remède

C’est dans sa famille biologique, que la femme accomplit ses premières prouesses en tant que consolatrice et guérisseuse. Non seulement elle est largement attentive dans sa première enfance, mais elle cultive un sens de serviabilité qui ne peut laisser tranquille aucun curieux.
Au-delà de cela, elle jouit de notions de liberté sans pareil. Elle respecte les opinions de ses partenaires. On ne connaît pas de femmes au pays qui s’accrochent mordicus et désespérément. Avec la femme, l’alternance est assurée.
Elle est un remède dont a besoin la Rd Congo. Elle est une assurance de démocratie par l’alternance. En tant que mère, elle est prête à traiter la nation comme elle traite ses enfants, c’est-à-dire avec amour et sacrifice. Elle sait corriger sans ménagement, mais dans un esprit
maternel et passionné. Elle sait sauver l’image de sa famille. Il suffit de lui en donner une grande comme la Rd Congo afin qu’elle puisse
transmettre ce sentiment à tous ses enfants. La femme est donc un remède que Solange Lusiku appelait la «L’expressionlibregène». Avec elle, la liberté d’expression, un pilier de la démocratie, est ainsi garantie. Un remède que d’aucuns ne voudraient pas ne pas prendre,
tant la parole libère et apaise la colère. Or, heureux ceux qui auront la parole.
Cela s’appelle l’»Indépendancegène». Nul ne se sent aussi en sécurité que lorsqu’il se trouve à côté de sa mère. Or, l’indépendance est cette sensation de sûreté et d’assurance qui nous habite lorsque nous savons que rien de grave ne peut nous arriver, car à côté de nous, se dresse une forteresse. Ce n’est pas une innéité, mais un sentiment qui se crée à force de bénéficier de biens et d’appuis, parfois inespérés. Voilà ce que procure ce remède que seule la femme est à même d’injecter dans le genre humain. Or, les habitants de la machine ronde rêvent, chacun de leur côté, d’une espérance au bonheur individuel, à l’injonction d’une autorisation d’autosatisfaction. Cette sensation s’acquiert par la prise de «Bonnegouvernancemycine». Un produit substantiel dont la prise régulière doit être effective dès le bas âge afin qu’il soit efficace. Ce produit pharmaceutique a des effets secondaires néfastes, lorsque l’on tente de le prendre à l’âge adulte. Il provoque des myalgies et risque d’être fatal à tout celui qui essaie de le prendre, alors qu’il ne l’a pas eu dans son enfance. Il
est souvent incompris et sujet à une mort violente. Les cas les plus emblématiques sont notamment, le sort réservé à Patrice-Emery Lumumba, à Laurent-Désiré Kabila, deux héros nationaux de la Rd Congo. Et plus loin, Thomas Sankara, El Sadate, Jules-Christ Olympio, Melchior Ndadaye et bien d’autres.
Ce sont des victimes de la démocratie dans leurs propres familles respectives. Ils ont eu le malheur d’avoir pris de

Suite à la page 3

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*