Détournement, corruption et frais illégaux : quel remède ?

Les activités scolaires tournent au ralenti depuis le lundi 25 mars à l’institut Ziwa Kivu de Kashofu en territoire d’Idjwi, dans la chefferie Ntambuka. A la base, des scènes de troubles orchestrées par des élèves mécontents.

Des frais jugés illégaux demandés aux élèves de la cinquième année dans l’option pêche et navigation sont à la base de ce désaccord. Ces élèves pré finalistes accusent les responsables de cette école publique d’avoir détourné l’argent destiné à couvrir la période de stage au sein de différents établissements relatifs avec l’option au sein de laquelle ils sont inscrits.

Ces élèves disent avoir payés quarante-cinq dollars américains comme frais de stage au sein de différents bateaux naviguant sur le lac Kivu. Malheureusement, cette somme n’a jamais été versée auprès du commissaire maritime. Contacté, ce dernier a confirmé qu’il est au courant de la passation de leur stage mais « ces frais exigés n’ont jamais été une obligation pour la passation d’un quelconque stage », a-t-il regretté.

Le préfet Philo passe aux aveux

D’après Debaba Adolphe, membre du club de lecture du Souverain Libre à Kashofu, ces élèves réclament également cinq filets de pêche, cinq sticks d’arbres, et dix sacs de ciment que le mwami Roger Ntambuka leur avait promis pour leur pratique de pêche sur le lac Kivu et que le préfet de cette école aurait utilisé abusivement.

Kikuru Mirindi Philo, préfet de l’institut Ziwa Kivu passe aux aveux et confirme avoir utilisé ces biens pour ses intérêts personnels. Il en est de même pour cet argent qu’il avait exigé en termes de frais de stage.

Entre-temps,il souligne que si ces élèves Se sont révoltés, c’est parce qu’ils ont été manipulés par certaines personnes qui veulent le déstabiliser afin de gagner son poste.

La sous-division de l’école primaire secondaire et professionnelle Idjwi 2 a été saisiE de cette affaire. Elle a convoqué une assemblée d’urgence et a réuni les parents de ces élèves. Le comité des parents et le préfet en question ont pris part à cette rencontre. Une mesure est en cours d’être prise. L’objectif est de préserver cette année scolaire qui tend petit à petit vers sa fin.

  • Egide Kitumaini

 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*