Bukavu : un député national et des militaires poursuivis pour meurtre

La haute cour militaire continue à instruire, à Bukavu, le procès opposant le ministère public au sieur Luc Mulimbalimba et ses 8 coaccusés. Ils sont poursuivis principalement pour meurtre selon la procédure de flagrance et en matière répressive.

L’audience publique de ce vendredi 12 juillet a été à l’examen des relevés téléphoniques des prévenus. Selon le ministère public, Luc Mulimbalimba a évadé du lieu de sa détention avec le concours des prévenus Munene et Safari. Tous deux sont des militaires des Forces armées de la république démocratique du Congo  (Fardc) basées à Luvungi dans le territoire d’Uvira.

L’audience de demain samedi 13 juillet sera contradictoire entre le ministère public, les prévenus et la partie civile.

Le députe national Luc Mulimbalimba et ses 8 coaccusés sont poursuivis pour meurtre, violation des consignes,  et incitation des militaires à commettre le meurtre.

La haute cour militaire s’est saisi du dossier après que la cour militaire du Sud-Kivu s’est déclarée incompétente à poursuivre un député national à l’issue d’un procès de flagrance à Luvungi.

Le 18 juin 2019 à Luvungi, dans la plaine de la Ruzizi, Shimango Mbiombio, un jeune homme de ce milieu a été tué par un militaire commis à la sécurité de Luc Mulimbalimba, un député national, élu du territoire d’Uvira.

Des témoignages ont laissé entendre que le meurtre est intervenu lors d’une altercation entre le député Luc Mulimbalimba et un groupe de jeunes parmi lesquels la victime.

Claudine Kitumaini

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*