L’avenue Hippodrome pourrait porter le nom de Solange Lusiku

L’avenue Hippodrome de la commune d’Ibanda à Bukavu pourrait être débaptisée et porter les noms de Solange Lusiku, feue l’éditrice du journal Le Souverain Libre. Elle le mérite et les démarches sont prometteuses.
Le président de l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu, Zacharie Lwamirha suit de près le processus de la débaptisation de l’avenue Hippodrome en avenue Solange Lusiku. Il a déclaré, hier jeudi 11 juillet, lors l’audience accordée aux membres du comité de suivi de cette la démarche.
Zacharie Lwamirha salue la mémoire de feue l’éditrice directrice du journal Le Souverain Libre, Solange Lusiku. Selon ce président de l’assemblée provinciale, cette ancienne journaliste et défenseur des droits humains mérite d’être immortalisée.
Pendant les échanges, demande à la délégation de contacter le gouvernement provincial et d’impliquer l’ancien vice-président de la Commission électorale nationale indépendante, Norbert Basengezi Kantitima, et le vice-gouverneur honoraire, Hilaire Kasusa Kikobya, dans le dossier. L’acteur de la société civile et membre du comité de suivi de la débaptisation de l’avenue Hippodrome, Adrien Zawadi a remercié et encouragé le président de l’assemblée provinciale. Le maire de la ville de Bukavu, Meschack Bilibu a reçu, le lundi 2 juillet, les membres du comité de suivi de cette démarche.
Solange Lusiku, 46 ans, expire le 13 octobre 2019 à Kinshasa, emportée foudroyant qui rend impossible toute tentative de transfert, notamment en Belgique où elle est docteur honoris causa de l’Université catholique de Louvain. Son corps arrive à Bukavu le 17 octobre, quelques jours plus tard. Toute la ville descend dans la rue pour rendre un dernier hommage à une journaliste de combat, une femme de conviction.
Le Souverain Libre était devenu un périodique indispensable. Il faisait le point sur la politique et la vie de la ville de Bukavu si pas de la province du Sud-Kivu. Les éditoriaux et les prises de position de Solange Lusiku tranchaient par hardiesse. Cette femme sans peur dénonçait les pilleurs de tout acabit et s’en prenait aux hautes autorités de la province. Solange Lusiku appartient à l’histoire du Sud-Kivu.

Christian Kika

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*