Bukavu:La pression populaire met le maire au travail

La société civile de Bukavu salue les travaux que la mairie accomplit est en train d’exécuter pour rendre la ville on ne peut plus propre.
Cette structure citoyenne continue cependant à dénoncer la mauvaise foi du maire Meschack Bilubi.
D’après le président urbain de la société civile, Zozo Sakali, le maire de Bukavu a attendu la pression populaire pour remplir ses devoirs.
Le peuple ne veut plus d’elle.
Les citoyens devraient mettre la pression sur les autres autorités pour qu’elles se mettent au travail.
« Lorsqu’une autorité attend qu’il y’ait pression pour agir, cela signifie qu’il a compris. Quelque part, ça prouve à suffisance qu’il y’a eu mauvaise foi et non blocage dans l’exercice des fonctions »,s’étonné-t-il.
Le président de la société civile de Bukavu compte mener des actions citoyennes pour faire arriver leur pétition contre le maire au gouverneur de la province.
Selon lui, le fait que la police ait dispersé la marche de la société civile de Bukavu a été positif.
Il a a permis de collecter beaucoup d’autres signatures.
La pétition a déjà récolté plus de 13 000 paraphes.

Claude Musengero

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*