Bukavu Coronavirus : la quarantaine des soins médicaux ou de bannissement social

Les spéculations vont bon train à Bukavu sur les deux cas de la pandémie de coronavirus que l’Institut national de recherche biomédicales,  INRB, vient de tester positifs dans la ville de Bukavu.

Le gouverneur du Sud-Kivu, Théo Ngwabije, annonce, le matin du lundi 30 mars 2020, qu’un centre de mise en quarantaine vient d’être érigé vers  le rond point de Bwindi dans la commune de Bagira. Depuis ce jour, ce centre héberge les deux personnes que l’INRB venait de tester positives quant à la pandémie de coronavirus.

L’un de ces patients se plaint au téléphone que ce centre n’est qu’un lieu d’isolement qui l’expose à des infections. «  Les toilettes sont partagées. Les chambres sont sales et meublées des lits d’hôpital. Aucun traitement médical ne lui est administré depuis son bannissement », explique-t-il, la voix révoltée.

Quelques  habitants de cette partie de la commune de Bagira  ajoutent que  le centre n’est pas raccordé ni à l’eau de la Regideso, ni au courant de la Société nationale d’électricité (Snel).

Selon certaines sources, La Monusco tente,  ce mardi 31 mars 2020, d’installer des bladeurs d’eau et de placer un générateur électrique à ce centre de Bwindi. Le ministre provincial de la santé, Cosmos Bishisha, avoue son manque d’expérience dans l’opérationnalisation de ce site.

Egide Kitumaini

 

 

 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*