La frontière n’est pas fermée pour les vaches

9 heures de ce vendredi 10 avril  à l’abattoir public de Ruzizi dit aussi Elakat. Une dizaine de bœufs égorgés et dégoulinant du sang sont suspendus à l’entrée de cette infrastructure. Les bouviers ont amené ces bêtes du Rwanda.D’autres tournent en rond et beuglent dans la concession. Les bouchers et les vendeuses de viande au marché de Nyawera trépignent d’impatience.

Selon commerçants, autant des vaches ne sont pas abattues ou visibles depuis plus d’un mois, depuis cette maudite histoire de coronavirus. Ils se réjouissent de voir les vaches recommencer à traverser la frontière. Le premier lot de vache est arrivé hier mercredi 8 avril et un deuxième hier jeudi 9 avril. Deux camions de marque FUSO  les ont amenés.

Auparavant, il y a plus d’une semaine, 4 ou 5 vaches étaient abattues par jour. Ces vaches provenaient difficilement de Bukavu et des territoires voisins de la ville. Une bête coûtait 500 voire 600 dollars. Celle venue du Rwanda vaut 400 dollars.Un camion si pas deux amènent des vaches du Rwanda. Le prix va diminuer de ce côté de la RDC.

Ces bouchers et vendeuses craignent cependant une éventuelle interruption du trafic. Ils maudissent ensemble le covid 19.

Georges Kitoka

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*