Les femmes des médias dénoncent les violences sexuelles

173 cas des violences sexuelles viennent d’être enregistrés, de janvier à avril 2020, dans la ville de Bukavu ainsi que les territoires de Mwenga et d’Uvira. C’est l’Association des femmes des médias (Afem) qui dresse ces statistiques, grâce à la collaboration de 30 monitrices membres de ses noyaux clubs d’écoute (Nce). Ces monitrices sont à pied d’oeuvre à Bukavu, Mwenga Centre et Luvungi.
Sur les 173 cas des violences sexuelles répertoriés, le territoire de Mwenga, à lui seul, bat le triste record de 74 cas des viols des femmes et jeunes filles. Des hommes, des civils, y ont violenté 4 victimes. Le territoire d’Uvira se positionne à la deuxième marche de ce honteux podium avec 56 cas. La ville de Bukavu dénombre 43 cas de violences sexuelles. Des proxénètes ont exploité sexuellement 22 filles mineures. Des débits des boissons, boîtes de nuit et maisons de tolérance pullulent dans les trois communes urbaines de Bukavu.
Depuis le début de l’année 2020, Afem effectue le monitoring de la sécurité des femmes. La coopération internationale allemande pour le développement (Giz) appuie son projet dénommé, la radio au service des droits et du leadership des femmes pour la paix et la sécurité.

Dieudonné Malekera

Share this:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*