Sud-Kivu: La coopération suisse DDC commandite une étude sur la perception de la qualité des services

Un atelier de restitution et de validation des résultats des recherches a eu lieu ce jeudi 1er octobre 2020 à l’hôtel Belvédère dans la commune d’Ibanda.
La Coopération suisse, DDC, a commandité une étude sur « la perception de la qualité des services publics par les usagers et le civisme fiscal dans les entités territoriales décentralisées, ETD de la province du Sud-Kivu », dans la perspective de la mise en œuvre du programme « participation citoyenne et prévention des conflits », PCPC en sigle.

Un consortium de trois organisations a réalisé cette étude dans six entités territoriales décentralisées. Il s’agit de l’association Solidarités Asbl, du centre de recherche Cead et Terre d’espoir. Cette étude a été réalisée dans les chefferies de Buloho, Basile et Rubenga, la commune de Kadutu, les mairies d’Uvira et de Bukavu. Ces recherches ont été effectuées de janvier à mars 2020.

Selon le professeur Kamala Kahora, consultant à centre de recherche Cead, un certain nombre de services publics ont été pris en compte notamment l’éducation, la santé et la justice. « Nous avons pris le soin d’ajouter à ces trois secteurs un autre qui n’est pas à proprement parler. C’est la dimension redevabilité des services en général. Une analyse transversale de la redevabilité dans les trois secteurs a suivi avec une considération sur ce quatrième secteur », explique-t-il.

Le secteur de l’éducation vient en tête de tous les autres. Il offre des services de qualité plus élevée que d’autres. Il est suivi par celui de la justice. « Les gens perçoivent ce secteur de l’éducation comme offrant des services de qualité plus élevée que les autres secteurs ».

L’ETD de la chefferie de Rubenga a le meilleur résultat comparé à tous les autres avec 65 pourcent.
Les services publics, les membres des différentes entités, la société civile et le ministère de l’intérieur ont pris part à cet atelier.
Ce consortium est financé par la Coopération suisse.

Joëlle Bufole

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*