Le calme revient sur la route pharmakina-Bwindi

La circulation est de nouveau fluide sur la route Pharmakina-place communale de Bagira où les jeunes de Kalengera dans la commune de Bagira ont manifesté ce lundi 2 novembre 2020. Ils revendiquent la fermeture de poste de la police.

Tôt ce matin, la circulation était coupée sur la route qui mène de la Pharmakina à la place communale de Bagira à quelques mètres du marché de kalengera

Des taxi bus et taxis motos ne pouvaient y passer au risque de subir la colère des militants.

A cet endroit, les manifestants ont allumé les pneus et y placer des carcasses des véhicules pour empêcher la circulation.

A la base de cette manifestation, les jeunes de Kalengera ont exprimé leur colère à la suite d’un assassinat dans la nuit du dimanche 1er au lundi 2 novembre d’un jeune homme âgé de 21 ans par un élément de la police commis au sous ciat de Kalengera.

Selon un témoignage recueilli sur place, l’infortune a perdu sa vie lorsqu’ils voulaient aider une fille qui serait menacé par deux éléments de la police commis à la garde.

Pendant ce temps, les deux policiers sont en destination inconnue.

Carlos Zihalirwa, chef de quartier de Mulambula en commune de Bagira explique : on a eu un cas d’assassinat la nuit, j’étais alerté vers deux heures du matin. Le motif, il y a eu une mésentente entre un élément de la police et Justin Fidèle Katembera (Victime). Après cette discussion, le policier a tiré à bout portant sur la victime. Ce dernier est décédé sur le champ c’est la raison pour laquelle les jeunes de Mulambula manifestent pour exprimer leur colère.

Signalons que la police congolaise est intervenue pour calmer les manifestants. Aucun incident n’a été enregistré pendant cette opération.

Sur place, le commandant adjoint du commissariat urbain de la police ville de Bukavu, major Jackson Kamba s’est réservé de tout commentaire.

Pour D’autres cas d’insécurité sont signalés dans plusieurs endroits de la ville de Bukavu.

A Kibombo, des bandits armés ont fait une incursion dans une maison dans la nuit de samedi 31 au dimanche 1er novembre. Ils ont emporté argent et téléphones portables.

Sur avenue patrice Emery Lumumba en plein centre-ville, des personnes non autrement identifiées ont attaqué les Etablissements Namukaya communément appelé Congocom.

Pendant leurs salles besognes, les bourreaux ont tué la sentinelle et emportés plusieurs biens notamment des testeurs des minerais, argents.

L’insécurité est devenue de plus en plus récurrente dans la ville. Pour la plupart des cas, des éléments de la police arrivent avec retard.

Christian Kika

 

 

 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*