Kabare : 11 personnes assassinées entre octobre et novembre 2020.

Ces crimes sont enregistrés surtout  dans la partie nord du territoire de kabare. Les groupements de Bushwira-Bugorhe-kagabi-Mudusa font face à une insécurité grandissante.

La plupart des victimes sont tuées par les balles des armes à feu et d’autres par étranglement, souvent avec la corde dite kabanga pour des fins inavouées.

Cette barbarie n’épargne pas les enfants mineurs qui constituent la majorité des victimes. Le président de la société civile de kabare, Emmanuel Bengehya dénombre 6 cas d’assassinats apparemment ciblés et 5 corps retrouvés sans vie.

Emmanuel Bengeya plaide pour la sécurité des habitants de kabare nord.

« Nous réclamons la sécurité de la population de kabare. Mais aussi des audiences foraines pour juger les bourreaux des victimes qui sont arrêtés dans la prison centrale de Bukavu » déclare cet acteur de la société civile.

La société civile de kabare dit avoir transmis son mémorandum sur la recrudescence de l’insécurité au gouverneur de province du Sud-Kivu.

Reste à savoir si les revendications de cette structure citoyenne tomberont dans les bonnes oreilles de l’autorité provinciale.

Trésor Ilanga

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*