Route Bukavu-Kamituga : le calvaire s’affermit et cause des préjudices aux usagers de la nationale n°2

Les véhicules de transport en commun qui quittent Bukavu pour Kasika n’arrivent plus à destination. Les conducteurs des taxis s’arrêtent mi-chemin. Ils craignent d’endommager leurs véhicules faute d’un mauvais état de la route au niveau de Bwahungu dans le territoire de Walungu.

Le tronçon Bukavu-Kamituga demeure dans un état qui laisse largement à désirer. Les nids de poules et d’autres grands bourbiers jonchent plusieurs endroits. Ils rendent impraticable, le passage de tout engin.

Pour arriver dans la cité minière de Kamituga, les passagers éprouvent d’énormes difficultés actuellement. Ils peinent à atteindre leur destination quel que soit le mobile utilisé. Certains sont obligés de réaliser une jonction fatigable à Bwahungu, Kalambi et Kasika. Celle-ci est faite par moto par la plus part.

Le parking érigé jadis à Kasika dans le territoire de Mwenga est désormais délocalisé. Il est immédiatement placé à Bwahungu dans le territoire de Walungu.

En rapport avec le trajet, certains passagers paient une somme de quarante mille francs congolais pour rejoindre Bwahungu à partir de la ville de Bukavu. Sur place, les conducteurs des taxis s’arrangent avec quelques motards du coin pour que leurs clients atteignent Kasika. Seuls quelques minibus acceptent d’engager sur la pénible route afin d’atteindre Kasika. Cela joue aussi sur le prix qui va en crescendo.

Les motocyclistes éprouvent aussi des soucis d’arriver le même jour à Kasika. Cette situation pourrait sans doute avoir des répercussions sur le prix des denrées alimentaires dans le territoire de Mwenga en général et la ville de Kamituga en particulier. Le prix de certaines denrées alimentaires est revu à la hausse à Mwenga centre et Kamituga.

« Ce n’est pas de cette façon qu’on interprète le slogan tendant à placer l’homme au centre de l’action », murmurent quelques originaires du territoire de Mwenga vivant à Bukavu.

·         Christian Kika

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*