Bukavu : du tohu-bohu dans la fixation du prix des produits pétroliers.

Le prix du carburant baisse dans la ville de Bukavu. C’est depuis la soirée du Jeudi 21 Janvier 2021 que cette situation est vécue. Néanmoins, le prix du transport en commun reste tel quel. Ce secteur se comporte comme dans la jungle où chacun fait ce qu’il veut.

Par exemple, à la station-service ‘’Engin’’ située à Nyawera dans la commune d’Ibanda, un litre de carburant coûte 1800 FC Congolais. Chez des revendeurs, communément appelé Kadafi, le litre se négocie au même prix. Dans certaines autres parties de la ville, le prix d’un litre oscille entre 1900 et 2000 franc congolais.

Quelques revendeurs des produits inflammables  profitent de l’ignorance et du manque de l’information de leurs clients. Ils les offrent le litre à un prix un peu plus élevé.

Certains conducteurs des taxis moto indiquent qu’ils s’en procurent à 1600 voire 1700 francs congolais chez certains Kadhafi qui étalent ce produit au niveau de l’ISP Bukavu spécialement. 

Ceux qui viennent de Bagira renseignent qu’ils continuent à payer 1000 francs pour une course dans le bus alors que normalement le prix devrait être revu à la baisse.

Le club des pétroliers de Bukavu avait lancé un mouvement de grève dans la ville de Bukavu. C’était en date du 14 janvier 2021. Ils revendiquaient la libération d’un de leur. Urbain Kange était détenu illégalement dans un cachot au niveau du parquet général de Bukavu.

Mécontents, les propriétaires des pompes avaient observé une grève. C’était dans le sens de plaider pour la libération d’Urbain. Une situation qui a occasionné par la même occasion, la carence des produits pétroliers dans la ville.

Ce qui a poussé à une hausse sensible du prix de cette denrée. Une situation qui a impacté sur le prix du transport en commun dans la ville de Bukavu. Ce, au nom de la loi de l’offre et de la demande.

·         Claudine Kitumaini

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*