Indépendance, oui ; mais alors les élections ?

C’est le soir du vendredi 29 juin dans la capitale que le président Joseph Kabila avait choisi pour placer un
petit mot à la nation. Cette veille de la fête nationale de l’indépendance en Rd Congo, le Rais, régnant
depuis dix-huit ans maintenant) s’est adressé, six minutes et 12 secondes, à la Nation dans
un discours lu sur un ton monotone et retransmis sur la chaîne publique RTNC. Joseph Kabila
n’a rien d’autre que de reproduire son genre dans la communication comme toutes les années antérieures,
mais bientôt, il sera en face du congrès, peu avant le lancement de la réception des candidatures
à la présidence. Un discours discours Totale déception ? Beaucoup d’attente étaient dans le camp de
l’opinion publique au pays. Des questions au rendez-vous étaient sur les lèvres des congolais dans la
rue: Processus électoral, probable candidature à la présidence de la république. Pourtant, derrière les
caméras, beaucoup de choses ont changé aux dernières minutes de
l’intervention annoncée du Président. Changement brusque, comme
annoncé plus tôt, le défilé militaire
prévu pour la célébration de
ce 58ème anniversaire de la fête de
l’indépendance a été annulé. Officiellement,
aucune raison n’a été
donnée. Les sources proches de
la Majorité présidentielle au pays
étaient pourtant presque sûres que
finalement le président dissiperait
plusieurs zones d’ombres. Ca ne
fut pas le cas et nombreux ont déchanté.
A en croire l’issue de différentes
et récentes rencontres au
sein de la sphère politique au pays,
‘‘on attendait tous une adresse
ahurissante à la Nation, où le président
allait, pour la première fois,
annoncer de grandes nouvelles
sur son avenir politique et celui
du pays’’, confirmait un cadre du
Pprd dans une discrétion complète.
Il ne sera question d’aucune
annonce.
Dans son allocution, Joseph Kabila
qui était resté le même s’est
affiché un peu abattu, mais déterminé
plus que jamais, insistant
une fois de plus dans son discours
sur la souveraineté nationale.
Une interpellation tombe dans
sa communication tout de même
: c’est un appel aux congolais de
faire face à toutes les menaces
qui pèsent sur l’autodétermination
des Rd Congolais. Celle d’aller
de l’avant après avoir lancé de
manière superficielle des aperçus
sur les élections à venir. On pouvait
entendre ‘‘les futures élections
permettront la consolidation de
la démocratie congolaise qui ne
doit souffrir d’aucun complexe’’ de
la bouche d’un Rais aux cheveux
épais et à la barbe blanche fleurie
et beige aux allures des émirs de la
péninsule arabique.
‘‘Dans le fond, la grande annonce
de ce discours n’a été, sans
doute, que la présence de Joseph
Kabila devant les téléspectateurs
presqu’à l’improviste, alors qu’il
avait ‘‘séché’’ cet exercice l’année
dernière’’, lâche Mbonekube Philibert,
un étudiant de Bukavu.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*