Shabunda, territoire oublié : cas de wakabango 1er

a grande partie de la population de Wakabangu 1er vit sans eau potable, sans
écoles dignes, sans marché et sans contact avec le monde extérieur. Faisceau lumineux dans
cette enquête.

Les propos du Chef du village d’Itula, monsieur Kigogo  wakyembwa, ont donné le ton…. ‘‘Je vais vous demander
de faire un tour sur l’endroit où nous puisons l’eau que nous buvons. Nous, les animaux ! Filmez
cela, et comme vous êtes journalistes, allez montrer ça aux autres. Que l’on se rende compte
de la vie que nous menons, ici à Wakabango 1er.’’ Lors de la revue de presse, la parole a été donnée aux participants. Les propos des uns et des autres ont été des plus alarmants. Mais, le chef du village, monsieur
Kigogo a été plus virulent. Il n’a voulu rien garder pour lui. Et parlant des infrastructures Kigogo mêle images et réalités : ‘‘Sommes-nous des hommes, au même titre que les autres ? Les enfants mis au monde grandissent
et deviennent pères ou mères sans avoir vu à quoi ressemble matériellement un automobile.

Sommes-nous au Congo de Kabila ou au Congo, tout court ?’’ ‘‘Le gouvernement construit
des écoles ailleurs, mais pas ici à Wakabango 1er. Nous sommes des animaux, car le gouvernement
ignore qu’à Wakabango, il y a des hommes. Nous payons les enseignants, alors que c’est le travail
du gouvernement. C’est mon arachide, mon riz que je cultive… un petit bassin vendu à Lugushwa,
après avoir effectué des kilomètres… et je dois payer avec ça l’enseignant de mon enfant. Alors
que l’enseignant travaille pour un gouvernement,… il fait sortir de l’ignorance l’enfant congolais
qui dirigera ce pays demain.
Alors, voulez-vous que ces enfants travaillent pour ce pays, ou c’est vous qui le tuez ?’’
Les dons médicaux constitués des seringues et tampons d’ouate Madame …l’accoucheuse du
village, reconnaît que de temps à autres, l’aide médical arrive.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*