Kamituga : le phénomène  « Ecomog » tue le championnat local

Le phénomène « Ecomog » tue le de football à Mwenga, au vu et au su des autorités ayant en charge le football dans ce Territoire. Ce constat a été fait par un reporter de la radio web Sauti ya Mashariki dans cette partie de la province du Sud-Kivu.

Le phénomène dit « Ecomog » est une pratique devenue monnaie courante au Sud-Kivu, qui consiste à ce qu’un club fasse recours aux services d’un joueur talentueux provenant d’une autre équipe, d’un autre cercle, d’une autre entente ou d’un autre championnat, sans qu’il remplisse une quelconque formalité de transfert digne de son rang.

Selon les observations, les mécènes du football de Mwenga attendent la fin du championnat national Ligue 1 ou de l’entente urbaine pour organiser un tournoi auquel prendront part des joueurs jugés comme ayant plus de talent que ceux du Cercle sportif de Mwenga. En réalité, ce sont des joueurs de Bukavu, en  provenance de Muungano, de Bukavu-Dawa et d’autres clubs, qui alimentent ces clubs locaux.

Au stade de Katunga, de Kamituga, chaque fois que le tournoi propose un duel entre Malwa et Tp Mobale, ou Mbila contre Kansmens, le sportif habitué à suivre les rencontres de l’entente urbaine de Bukavu aura tendance à croire que c’est une sélection de Bukavu qui joue contre une autre de Bukavu.

A titre de rappel, la saison dernière, l’ancien entraîneur de Muungano, Patrick Maindu, avait suspendu certains joueurs de cette formation qui avaient boycotté les entraînements pour se rendre à Kamituga afin d’y disputer quelques rencontres.

Cette situation a influé négativement sur la performance des équipes de Kamituga. Au niveau du championnat provincial, les formations sportives de Kamituga souffrent désormais face à celles de Bukavu, et même de Walungu et d’Uvira qui ont pu garder leur effectif.

Le cercle sportif de Mwenga est appelé à procéder à une attentive vérification des dossiers administratifs des joueurs, afin de pouvoir mettre fin au phénomène « Ecomog ».

 

Christian Kika

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*