WALUNGU, l’ECC continue à prêcher contre Ebola

Le lavage des mains dans un récipient commun, les salutations en se serrant les mains mais aussi certaines hérésies religieuses contribuent à la propagation de la maladie à virus Ebola.

Dénonciations virulentes du chef du programme de l’éducation et de  la démocratie au sein de l’Eglise du Christ au Congo, ECC Sud-Kivu, Rémi Ndulu.

C’était le samedi 15 février 2020 au lycée Kamangala de Burhale.

La séance de sensibilisation sur le changement des comportements dans la prévention contre la maladie Ebola, réunissait plus de 80 leaders religieux ainsi que des membres du personnel éducatif et soignant du milieu.

Pour Rémi Ndulu, les faits de devoir se saluer en se serrant les mains et d’imposer les mains sur les malades en vue de  les guérir  comptent parmi les voies de transmission rapide de l’Ebola.

Il recommande à chaque participant de prendre en compte ces recommandations et de les diffuser auprès de sa base.

Ce qui peut être l’Eglise, l’école, le poste de santé ou le centre hospitalier.

« Il y a beaucoup d’intoxications et spéculation  dans les chefs de la population au tour de la maladie à virus Ebola. Certaines habitudes tel que se saluer en se serrant la main, imposer les mains sur un malade avant de prier pour certains serviteurs et responsables des chambres de prières ;  sont parmi les voies rapides qui propagent la MVE. C’est pourquoi avec  les médecins chefs des zones, les Infirmiers titulaires et les techniciens de développement des zones de Santé, dans lesquelles nous venons de passer cette sensibilisation, il a été dit de revoir  ces pratiques.  A travers une parole accompagner d’un signe de respect sans se serrer la main on se salue.  Des malades suivent la prière à travers les radios et télévisions et recouvrent la guérison sans être imposé des mains.  Il revient à chacun(e) de prendre conscience et de penser sur la gravité de la MVE afin de lui barrer chemin » Recommande Remy Ndulu.

Le Coordonnateur  de l’ECC-PED Namegabe Mulanga, loue l’appui de NCA et fait savoir que toute habitude peut être bannit en cas d’une volonté. Mulanga  invite cependant  la communauté à changer  certaines  habitudes devenues de routine avant qu’elle ne soit atteinte de ce mal. Mieux vaut prévenir que guérir dit-on.

Depuis le début de cette année 2020, l’ECC Sud-Kivu  mène une grande campagne de sensibilisation contre la propagation de la maladie à virus Ebola dans les territoires de Kalehe, Kabare et Walungu.

C’est avec l’appui financier de Norwegian Church Aid, NCA.

 ISHARA MASIRIKA

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*